Douleur antérieure de la hanche – Gestion des déficiences du mouvement

 

La douleur antérieure de la hanche est une plainte courante chez les athlètes, car la hanche est placée dans des positions de conflit et d’accrochage important dans de nombreux sports.

Vous avez plus que probablement eu affaire à un athlète se plaignant de douleurs dans le pli antérieur de la hanche ou dans l’aine. En fait, les termes douleur à la hanche et à l’aine sont assez courants, tandis que le diagnostic clinique précis de la douleur à la hanche et à l’aine reste un défi important en médecine sportive.

Comprendre ce qui cause la douleur est un excellent point de départ, associé à une compréhension des mécanismes potentiels et des déficiences du mouvement qui contribuent à la douleur.

Cela vous permettra de mettre en place une stratégie d’exercice éclairée et individualisée pour la gestion de la douleur. Au-delà de la thérapie manuelle, être en mesure de fournir un programme de réadaptation structuré pour à la fois protéger vos clients contre l’aggravation de la blessure (ou de la douleur) et les exposer à un stress suffisant pour aider à la récupération est la clé de la réadaptation.

Les deux questions importantes auxquelles je répondrai dans cet article sont :

  1. D’où vient la douleur et comment orienter mon intervention ?
  2. Quelles sont les déficiences qui contribuent à la douleur et comment puis-je les traiter efficacement ?

Vous avez apprécié cette vidéo ? Assurez-vous de vous abonner à notre chaîne YouTube!

 

D’OÙ VIENT LA DOULEUR À LA HANCHE ?

Je pense qu’il est important de répondre à cette première question, que vous abordiez cela du point de vue du thérapeute, ou en tant que spécialiste du mouvement ou entraîneur. La plupart des personnes que je vois avec des douleurs antérieures de la hanche, généralement situées profondément dans la région inguinale, ont reçu un traitement pour des douleurs à l’aine liées aux adducteurs.

Et bien que les adducteurs soient un élément important de la gestion de la douleur antérieure de la hanche, ils ne sont pas le seul suspect que nous devrions chasser.

Une réunion d’accord d’une journée, The First World Conference on Groin Pain in Athletes, s’est tenue à Doha, au Qatar, le 4 novembre 2014. Un accord unanime a été conclu sur la terminologie et le système de classification de la douleur à l’aine chez les athlètes (1).  

Lorsqu’un athlète présente une douleur antérieure à la hanche (ou à l’aine), celle-ci peut être d’origine des adducteurs, inguinale, psoas-iliaque, pubienne ou de la hanche. De plus, il peut y avoir d’autres causes de douleur à la hanche comme les hernies, les compressions nerveuses, la douleur référée, etc.

 

TABLEAU DOHA

Bien que la terminologie et les classifications soient basées à la fois sur un examen clinique et sur l’historique détaillé de l’athlète, le point principal que je veux souligner ici est que

 

classifier l’origine de la douleur aide à mieux orienter l’intervention

 

DOULEUR ANTÉRIEURE À LA HANCHE

La douleur antérieure de la hanche présente généralement comme une douleur profonde à l’avant de la hanche qui peut référer à la mi-fesse et à la région latérale de la hanche. Les personnes souffrant de douleurs à la hanche de longue date ont généralement une douleur sourde et élançante, mais elles peuvent ressentir une douleur aiguë avec des mouvements rapides et inattendus ou dans des positions spécifiques.

La reproduction de la douleur en flexion, adduction et rotation interne (FADIR) est évocatrice d’un conflit de hanche. Voici comment cela peut être vérifié :

Le test de Patrick peut être utile pour différencier la douleur de la hanche de la dysfonction de l’articulation sacro-iliaque :

 

FADIR test

 

Une douleur localisée à l’articulation sacro iliaque lorsqu’une pression est appliquée simultanément sur le genou de la hanche en abduction et l’épine iliaque antéro-supérieure opposée suggère une pathologie sacro iliaque, tandis qu’une douleur à l’aine, des spasmes ou une limitation des mouvements suggèrent une pathologie de la hanche. 

ASSUREZ-VOUS DE REGARDER LA VIDÉO PRINCIPALE DE CET ARTICLE POUR PLUS DE DÉTAILS SUR CE TEST

Bien sûr, la douleur liée à la hanche a ses propres défis et peut également provenir de nombreuses sources différentes : déchirures labrales, entorses ligamentaires, conflit fémoro-acétabulaire, instabilité de l’articulation de la hanche ou laxité capsulaire, entre autres.

bannière Niv 2

DÉFICIENCES DES MOUVEMENTS DE LA HANCHE

Malgré les nombreuses sources potentielles de douleur antérieure de la hanche, de nombreux athlètes présentent des déficiences caractéristiques et modifiables telles qu’une diminution de la force musculaire de la hanche, une diminution de la fonction musculaire du tronc, une diminution du contrôle de l’adduction de la hanche/du genou valgus lors des tâches sur une jambe et une diminution de l’équilibre dynamique (2).

Par exemple, sur le squat sur une jambe, vous pourriez constater une augmentation de l’adduction de la hanche, du valgus du genou, de la flexion latérale du tronc ou de la rotation du tronc du côté de la plainte. Voici une vidéo d’un athlète d’haltérophilie qui est venu me voir avec une douleur à la hanche antérieure droite. Remarquez la différence sur son squat sur une jambe sur la jambe droite par rapport à la gauche :

Et, selon les Movement Impairment Syndromes de Sahrmann,

 

une force anormale ou excessive sur la portion antérieure de l’articulation de la hanche peut provoquer une douleur antérieure de la hanche et une instabilité subtile de la hanche qui perpétue le cycle de la douleur

 

Une étude de Lewis, Sahrmann et Moran (3) a révélé que « la diminution de la contribution de la force des muscles fessiers pendant l’extension de la hanche et du muscle psoas-iliaque pendant la flexion de la hanche entraînait une augmentation de la contrainte sur la région antérieure de l’articulation de la hanche ».

Qu’est-ce que tout cela signifie d’un point de vue pratique?

Cela signifie qu’il existe de nombreuses déficiences du mouvement contributives, compensatoires et modifiables que nous pouvons améliorer pour gérer la douleur antérieure de la hanche malgré les nombreuses causes diagnostiques potentielles de la douleur.

 

COMMENT AMÉLIORER LES DÉFICIENCES DE MOUVEMENT DE LA HANCHE

Éviter l’accrochage et le conflit excessif de la hanche consiste à améliorer la répartition des charges articulaires et le positionnement dynamique. Lorsque le contrôle dynamique est l’objectif, il y a toujours de nombreux éléments à considérer. Je discute de la dissociation bassin-fémur et de la stabilité pelvienne dans mon article : Hip Pain – A 3-part Exercise Strategy to Get Rid of It (*article en anglais).

Je ne saurais trop insister sur l’importance de la stratégie. Par exemple, si vous trouviez que la douleur était liée aux adducteurs, les exercices que vous choisiriez dans la séquence d’activation seraient différents de ceux que vous choisiriez pour la douleur liée à la hanche. En parlant des adducteurs, si c’est quelque chose auquel vous avez affaire, vous devez également lire mon article sur la fonction et la force des adducteurs.

Et parce qu’une diminution de l’amplitude de mouvement de la hanche entraîne de mauvais résultats pour la gestion de la douleur antérieure de la hanche, vous devez également lire cet article, qui traite de ce qu’est réellement la mobilité de la hanche !

Puisque j’ai traité de nombreux autres éléments dans les articles précédents liés ci-dessus, concentrons-nous sur la force et la fonction des muscles du tronc et de la hanche pour le contrôle dynamique.

ASSUREZ-VOUS DE REGARDER LA VIDÉO PRINCIPALE DE CET ARTICLE POUR VOIR PLUS D’EXERCICES

La répartition de la charge à travers la hanche nécessite la capacité de la hanche à contrôler les forces de rotation. En règle générale, beaucoup de temps est consacré à travailler sur la mobilité des hanches et à créer de la rotation à travers les hanches. Moins de temps est consacré au contrôle du torque de rotation. Des exercices simples comme les Pallof press sont des exercices classiques de la sangle abdominale mais qui nécessitent en fait un contrôle de la rotation des hanches :

Ceux-ci peuvent être progressés vers des pitchfork raises :

Et comme vous souhaitiez continuer à mettre sous contrainte la hanche, vous devrez d’abord éviter de placer les athlètes dans des positions de conflit et vous concentrer sur la force d’adduction, d’abduction et d’extension. Les step-ups latéraux sont un excellent ajout à la séquence d’Intégration, tout comme les squats latéraux avec résistance latérale qui mettent l’emphase sur l’abduction de la hanche combinée avec extension :

 

LES FRUITS À PORTÉE DE MAIN

Savoir d’où vient la douleur est un aspect important dans la gestion de la douleur antérieure de la hanche. Bien qu’il puisse y avoir différentes causes à la douleur antérieure de la hanche, il existe de nombreuses déficiences caractéristiques du mouvement qui peuvent et doivent être traitées pour soulager les athlètes de la douleur.

À la clinique, nous aimons les appeler les fruits à portée de main. Ils devraient être au centre de votre programme et ils guideront le choix des exercices pour votre plan de réadaptation.

La réadaptation, comme l’entraînement, exige que nous sélectionnions systématiquement un travail qui permette un stress maximal tout en protégeant la blessure. C’est pourquoi vous avez besoin de comprendre comment les individus bougent et d’une structure pour créer des changements dans la façon dont ils bougent axés sur l’apprentissage.

C’est la prémisse de #rehabistraining !

 

Références

  1. Weir, Adam & Brukner, Peter & Delahunt, Eamonn & Ekstrand, Jan & Griffin, Damian & Khan, Karim & Lovell, Greg & Meyers, William & Muschaweck, Ulrike & Orchard, John & Paajanen, Hannu & Philippon, Marc & Reboul, Gilles & Robinson, Philip & Schache, Anthony & Schilders, Ernest & Serner, Andreas & Silvers, Holly & Thorborg, Kristian & Holmich, Per. (2015). Doha agreement meeting on terminology and definitions in groin pain in athletes. British journal of sports medicine. 49. 768-74. 10.1136/bjsports-2015-094869.
  2. Kemp, J. L., Risberg, M. A., Schache, A. G., Makdissi, M., Pritchard, M. G., & Crossley, K. M. (2016). Patients With Chondrolabral Pathology Have Bilateral Functional Impairments 12 to 24 Months After Unilateral Hip Arthroscopy: A Cross-sectional Study. The Journal of orthopaedic and sports physical therapy46(11), 947–956. https://doi.org/10.2519/jospt.2016.6577
  3. Lewis, C. L., Sahrmann, S. A., & Moran, D. W. (2007). Anterior hip joint force increases with hip extension, decreased gluteal force, or decreased iliopsoas force. Journal of biomechanics40(16), 3725–3731. https://doi.org/10.1016/j.jbiomech.2007.06.024
  4. Grant, C., & Pajaczkowski, J. (2018). Conservative management of femoral anterior glide syndrome: a case series. The Journal of the Canadian Chiropractic Association62(3), 182–192.
  5. Shindle, M. K., Ranawat, A. S., & Kelly, B. T. (2006). Diagnosis and management of traumatic and atraumatic hip instability in the athletic patient. Clinics in sports medicine25(2), 309–x. https://doi.org/10.1016/j.csm.2005.12.003

 

 


 


Mai-Linh Dovan M.SC., CAT(C)
Thérapeute du sport agréée
Foundatrice de Rehab-U

 

Be part of the conversation

Vidéo 20 minutes Gratuite
La Stratégie en Optimisation du Mouvement

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+
+
+

FREE full body workout sample

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+

Post-clinical
Rehab

+

Movement
optimization

+