Les problèmes d’épaules: Pas toujours des problèmes d’épaules

 

Les problèmes d’épaules sont de loin le problème le plus courant que je vois avec les clients, qu’il s’agisse d’un athlète moyen, d’un athlète d’élite, d’un crossfitter ou d’un joueur de baseball.

Alors que certains clients viennent me voir avec des douleurs à l’épaule, je vois également de nombreux clients dont les problèmes d’épaules se manifestent sous la forme d’une incapacité à se mettre dans des positions spécifiques, à savoir la position au-dessus de la tête. Cela a un impact sur leurs performances et peut entraîner des douleurs à l’épaule intermittentes ou récurrentes.

L’un des défis pour résoudre les problèmes d’épaule est de déterminer d’où vient le problème.

La plupart des clients que je vois supposent (ou on leur a dit) que leurs problèmes d’épaule proviennent d’un manque de mobilité, alors ils s’étirent et font des tractions avec une bande, et ils font beaucoup de travail des tissus mous et reçoivent de la thérapie manuelle, mais voient encore peu d’amélioration.

Je sais que cela ressemble à quelque chose que vous avez déjà entendu, mais l’épaule n’est généralement pas là où le problème a commencé, seulement là où la douleur et/ou la dysfonction  se sont manifestées.

Donc, si les problèmes d’épaule ne viennent pas toujours de problèmes d’épaule, par où commencer?

Vous avez apprécié cette vidéo ? Assurez-vous de vous abonner à notre chaine YouTube!

 

DÉPISTAGE DU MOUVEMENT

Il y a une cascade de mouvement fonctionnel le long de la chaîne cinétique pour se placer dans une position stable au-dessus de la tête :

cascade de mouvement fonctionnel

Le test d’élévation bilatérale des épaules est un excellent outil pour obtenir une vue globale de la façon dont un individu se met en position au-dessus de sa tête. Il y a une autre vidéo sur le blog sur ce test (*vidéo en anglais).

Ce test fournit des informations précieuses sur la qualité du mouvement du complexe de l’épaule. C’est ma façon préférée d’évaluer le mouvement fondamental du complexe de l’épaule et de m’indiquer la direction sur laquelle je dois travailler pour restaurer cette capacité de mouvement fondamentale.

Permettez-moi de le répéter.

 

La capacité d’accéder à cette position sans restriction et sans compensation est fondamentale

 

L’individu est invité à lever les deux bras au-dessus de sa tête aussi haut que possible.

Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, les derniers degrés d’amplitude de mouvement nécessitent une extension thoracique active. Parce que cela crée un moment d’extension, la sangle abdominale antérieure doit créer un moment de flexion pour contrebalancer cela.

MAIS…

Si vous regardez cela trop rapidement, vous pourriez toujours confondre les problèmes d’épaule avec des problèmes d’épaule.

Si vous ne comprenez pas bien qu’il s’agit d’une cascade de mouvements où le mouvement dans une région a un impact sur le mouvement dans la région suivante, vous manquerez probablement quelque chose.

bannière Niv 1

ÉPAULE OU THORACIQUE?

Souvent, les gens concluent qu’une élévation excessive des côtes ou une extension excessive de la colonne lombaire est un moyen de compenser le manque d’amplitude de mouvement de flexion de l’épaule.

Cela POURRAIT certainement être le cas. Mais,

 

si vous ne regardez pas et ne comprenez pas toute la cascade de mouvement, vous pourriez pourchasser le mauvais suspect

 

Les mouvements fondamentaux que vous devez observer avec l’écran de flexion de l’épaule debout sont :

-La pleine amplitude de mouvement en rotation externe et en flexion de l’articulation glénohumérale : Peuvent-ils apporter leurs biceps en ligne avec leurs oreilles ?

-La rotation latérale et la bascule postérieure de la scapula : L’angle inférieur de la scapula se déplace-t-il dans la ligne médiane de l’aisselle ?

– L’extension du rachis thoracique : Le rachis thoracique s’aplatit-il s’il est naturellement cyphotique ?

– La stabilité de la sangle abdominale antérieure : Y a-t-il une élévation excessive des côtes ou une extension excessive de la colonne lombaire ?

Voici un client qui est venu me voir parce qu’il croyait que c’était son manque de mobilité des épaules qui avait un impact sur ses performances sur les front squats et épaulés :

Voici son front squat:

Si vous ne l’avez pas remarqué dans la vidéo de l’élévation bilatérale des épaules, vous pouvez voir plus clairement dans sa vidéo de front squat que c’est en fait son manque de mobilité thoracique et non sa mobilité de l’épaule qui est un problème.

Son incapacité à créer de l’extension thoracique l’empêche de soulever la poitrine, les épaules et les coudes vers le haut, ce qui est crucial dans le front squat. Ainsi, ses hanches se lèvent pour générer une poussée de hanche mais il perd la barre vers l’avant par conséquent.

Nous avons obtenu des améliorations incroyables avec lui en seulement 4 semaines en laissant ses épaules tranquilles et en nous concentrant sur la mobilité thoracique et la force d’extension.

Soit dit en passant, si vous n’avez pas vu mon Webinaire Mobilité GRATUIT de 60 minutes, j’explique entièrement son cas. Je détaille comment optimiser les composantes neurales, articulaires et myofasciales de la mobilité pour construire un programme de mobilité de 12 semaines répondant à son problème.

Cliquez ici pour vous inscrire à mon prochain Webinaire Mobilité GRATUIT.

 

ÉPAULE OU STABILITÉ DE LA SANGLE ABDOMINALE ANTÉRIEURE?

Un autre erreur commune avec le test d’élévation bilatérale des épaules est de supposer qu’une élévation excessive des côtes et/ou une extension excessive de la colonne lombaire est une compensation pour le manque de mobilité de l’épaule et que nous devrions donc mobiliser les épaules.

Cela PEUT être le cas. Mais je vais le répéter encore une fois, si vous ne regardez pas et ne comprenez pas toute la cascade de mouvement, vous pourriez pourchasser le mauvais suspect.

Voici un autre client qui est venu me voir en pensant que son manque de mobilité de l’épaule avait un impact sur ses performances sur les squats overhead et les arrachés :

J’espère que vous pouvez voir sur la vidéo que la mobilité de ses épaules n’est pas trop mauvaise, mais il n’y a aucun moyen qu’il puisse supporter un poids au-dessus de sa tête dans cette position.

Son problème provient d’un déficit de stabilisation de la sangle abdominale antérieure (pour info, nous avons également travaillé sur les pieds et en améliorant le positionnement de son centre de masse sur le trépied). En parlant des pieds, dans mon article incontournable Foot Stability is the Foundation for All Your Lifts, j’explique pourquoi il est si important de travailler sur les pieds (*article en anglais).

 

ASSOCIATION ET DISSOCIATION

Adresser la mobilité thoracique est probablement quelque chose que vous connaissez déjà assez bien. C’est un problème que vous rencontrez probablement assez régulièrement.

D’un autre côté, établir la conscience et la stabilité de la sangle abdominale antérieure peut parfois sembler plus difficile.

Lorsque je dis que la capacité d’assumer la position overhead non restreinte et non compensée est fondamentale et constitue une cascade de mouvement, ce que vous devez comprendre, c’est qu’il existe une association de mouvements :

 

FLEXION DE L’ÉPAULE – EXTENSION THORACIQUE – FLEXION RÉACTIVE DE LA SANGLE ABDOMINALE ANTÉRIEURE

 

Si l’un d’eux manque, cela affectera l’autre. Comme vous le savez plus intuitivement, si la colonne thoracique manque d’extension, l’individu peut « abandonner » la flexion réactive de la sangle abdominale antérieure pour compenser ce manque d’extension.

Vous pouvez également avoir une personne qui a l’amplitude de mouvement en flexion de l’épaule et en extension thoracique, mais pas le contrôle de la sangle abdominale antérieure.

Quoi qu’il en soit, à un moment donné, vous devrez trouver des moyens de sensibiliser à cette stabilisation réactive antérieure.

Comment créer cette dissociation du mouvement ?

Cela n’a vraiment pas besoin d’être complexe. Ce que vous voulez faire, c’est mettre la sangle abdominale antérieure au défi de résister à l’extension, donc les exercices classiques d’anti-extension fonctionnent plutôt bien. Diriger l’exercice de dead bug vers le membre supérieur est un moyen simple et efficace :

Pendant que vous travaillez à améliorer cette capacité, vous pouvez continuer à mettre sous contrainte votre client en utilisant des variations d’exercices qui l’empêchent d’aller en trop d’extension et/ou qui créent un moment de flexion du tronc antérieur.

Un landmine press à genoux est un excellent moyen de le faire :

REGARDEZ LA VIDÉO PRINCIPALE DE CET ARTICLE POUR VOIR PLUS D’EXERCICES

 

ÉVITER LA VISION TUNNEL

« Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être ; la première apparition trompe beaucoup.” – Phaedrus

Alors que de nombreuses personnes ont des problèmes d’épaule qui ont un lien direct avec l’épaule elle-même, il est rare que l’épaule seule en soit la cause.

Comprendre qu’il existe une cascade de mouvement pour le positionnement au-dessus de la tête et que la capacité d’assumer cette position est fondamentale vous aidera à résoudre de nombreux problèmes d’épaule qui ne sont pas vraiment des problèmes d’épaule. Vous savez ce que je veux dire maintenant!

 

References

Cook, G., Burton, L., Hoogenboom, B. J., & Voight, M. (2014). Functional movement screening: the use of fundamental movements as an assessment of function-part 2. International journal of sports physical therapy9(4), 549–563.

Magee, D. J. (2008). Orthopedic physical assessment. St. Louis, Mo: Saunders Elsevier.

 

 


 


Mai-Linh Dovan M.SC., CAT(C)
Thérapeute du sport agréée
Foundatrice de Rehab-U

 

 

Be part of the conversation

Vidéo 20 minutes Gratuite
La Stratégie en Optimisation du Mouvement

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+
+
+

FREE full body workout sample

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+

Post-clinical
Rehab

+

Movement
optimization

+