Entorses de la cheville – 3 exercices de réadaptation clés

 

Les entorses de la cheville sont une blessure très courante. Que vous travailliez avec des athlètes d’élite ou récréatifs, des personnes qui s’entraînent dans une salle de sport ou la population en général, vous avez plus que probablement eu affaire à un client aux prises avec ou revenant d’une entorse à la cheville.

Comme pour toute blessure, une réadaptation inefficace ou incomplète après une entorse de la cheville augmente le risque de récidive de la blessure.

La plupart des protocoles de réadaptation ne parviennent pas à restaurer la fonction la plus importante de la cheville : répondre et s’adapter aux perturbations.

Et non,

 

ce n’est pas parce que vous vous êtes tenu sur un BOSU pour 3 séries de 30 secondes que vous avez restauré cette fonction très importante

 

C’est d’ailleurs exactement là où je veux en venir.

Alors que bon nombre des exercices classiques de réadaptation pour les entorses de la cheville les plus courants ont un but dans la phase aiguë, le succès dans son ensemble réside dans ce que nous faisons au-delà de ces étapes et comment nous le faisons.

Si vous n’avez pas exploré la réadaptation de l’entorse de la cheville au-delà des exercices avec des élastiques et des surfaces instables comme le BOSU, voici 3 exercices clés, ou plutôt 3 éléments clés que vous devez inclure dans vos programmes de réadaptation pour les entorses de la cheville.

 

RÉADAPTATION EN PHASE AIGUË

Comme je l’ai mentionné précédemment, bon nombre des exercices classiques de réadaptation des entorses de la cheville les plus courants, tels que les exercices d’amplitude de mouvement de la cheville et les exercices de renforcement à l’aide d’élastiques, ont un objectif précis au stade aigu.

À l’exception des entorses de grade 3, les contractions isométriques en flexion plantaire, dorsiflexion, inversion et éversion peuvent être incorporées très tôt, et la flexion plantaire et la dorsiflexion actives dans les amplitudes non-douloureuses est autorisée.

Lorsqu’une articulation est blessée, les muscles qui traversent cette articulation sont inhibés. Les exercices en isométrie à chaîne cinétique ouverte ou les exercices avec résistance élastique permettent la réactivation de ces muscles tout en protégeant la blessure dans les premières phases (c’est-à-dire lorsque la mise en charge doit être limitée).

Soit dit en passant, une résistance légère avec des répétitions plus élevées est moins préjudiciable pour les ligaments, c’est pourquoi il est en fait correct d’utiliser les 3 séries classiques de 10 répétitions ici.

Ces approches classiques ne sont pas mauvaises. À elles seules, cependant, elles sont au mieux insuffisantes car elles ne permettent pas de récupérer entièrement la fonction de la cheville.

Il y a un aspect que je vois négligé au début de la réadaptation en ce qui concerne les entorses de la cheville, et c’est le pied.

Vos pieds sont très importants et fournissent une fondation stable pour tous vos mouvements. Même quelques jours, sans parler de quelques semaines, de boiterie et/ou de mise en charge limitée suite à une entorse de la cheville feront des ravages sur la fonction intrinsèque de votre pied.

C’est pourquoi la régulation à la hausse du pied doit faire partie intégrante de la réadaptation en phase aiguë.

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez mon autre article à ce sujet (*article en anglais).

 

STABILITÉ FONCTIONNELLE

« Fonctionnell » …

Ce mot qui est si répandu.

Ce que j’entends par stabilité fonctionnelle, c’est la capacité de stabiliser dynamiquement l’articulation pour un mouvement et un contrôle appropriés.

La stabilité fonctionnelle est en fait quelque chose dont nous avons toujours besoin, entorse de la cheville ou non. Les éléments de réadaptation en phase aiguë discutés dans la section précédente ainsi que dans mon article précédent sur les entorses de la cheville sont certainement importants pour restaurer la stabilité fonctionnelle.

Les blessures aux structures articulaires entraînent des dommages aux mécanorécepteurs périphériques des articulations responsables de la transmission des informations afférentes sur le mouvement et la position des articulations. Ces perturbations de la proprioception entraînent une diminution du contrôle neuromusculaire et à son tour, cela conduit à une instabilité fonctionnelle.

Ainsi, la restauration de l’amplitude de mouvement et de la force de l’articulation est certainement importante.

Cependant, dans un environnement dynamique comme changer de direction sur le terrain ou même simplement marcher sur un terrain accidenté, le cerveau ne repose pas uniquement sur la proprioception fournie par les mécanorécepteurs articulaires.

Si vous voulez être plus efficace pour restaurer la capacité de la cheville à fonctionner dans cet environnement dynamique, vous devez inclure 3 stratégies clés dans votre réadaptation:

1 – Mettre sous contrainte les systèmes visuel et vestibulaire

2 – Travail sur le contrôle dynamique en chaîne fermée

3 – Inclure des perturbations imprévues pour le contrôle réactif

 

CLÉ #1 – INTÉGRATION VISUELLE ET VESTIBULAIRE 

Les systèmes proprioceptif, visuel et vestibulaire travaillent ensemble pour indiquer au cerveau (ou au système nerveux central) où se trouve le corps dans l’espace. En fait, le système vestibulaire est le système le plus rapide du corps et peut s’adapter très rapidement aux perturbations.

Dans un environnement dynamique, comme le monde réel ou le terrain de jeu, il n’y a pas une répartition égale entre les systèmes proprioceptif, visuel et vestibulaire.

Les exercices de charge vestibulaire et visuelle sont des exercices clés qui peuvent être intégrés à la réadaptation des entorses de la cheville pour s’assurer que ces systèmes peuvent bien tolérer la charge et contribuer aux ajustements globaux à la perturbation, c’est-à-dire à la stabilité fonctionnelle.

J’aime utiliser les exercices de mes amis de Integrated Kinetic Neurology. Pour les entorses de la cheville, les exercices qui intègrent le réflexe vestibulo-oculaire au membre inférieur fonctionnent bien. Pour faire simple, ces exercices sollicitent le membre inférieur tout en intégrant la fixation du regard aux mouvements de la tête.

Ce qui est génial avec ceux-ci, c’est que le client ressentira réellement l’exigence de stabilité que cela impose à sa cheville :

Vous pouvez également effectuer des suivis ou des poursuites avec les yeux pour passer au système visuel.

REGARDEZ LA VIDÉO PRINCIPALE DE L’ARTICLE POUR VOIR COMMENT CES EXERCICES SONT RÉALISÉS

 

CLÉ #2 – CONTRÔLE DYNAMIQUE EN CHAÎNE FERMÉE

L’équilibre dynamique et le contrôle de l’amplitude de mouvement sont des éléments importants de la réadaptation des entorses de la cheville. La plupart des exercices classiques de renforcement des membres inférieurs que nous utilisons dans la salle de sport, comme les split squats, les fentes, les step-ups, etc., n’entraînent pas les clients dans les mêmes amplitudes de mouvement que dans un environnement plus dynamique.

Le Star Excursion Balance Test (ou SEBT) est un test dynamique généralement utilisé pour détecter les déficits de contrôle dynamique ou pour comparer le côté blessé au côté non blessé. Comme de nombreux tests, il peut aussi devenir un outil très utile pour travailler l’amplitude de mouvement, l’équilibre et le contrôle.

 

image SEBT

 

La configuration en étoile oblige le client à atteindre les directions antérieure, antéromédiale, médiale, postéromédiale, postérieure, postérolatérale, latérale et antérolatérale. Cela garantit qu’ils continuent à travailler dans cette amplitude de mouvement fonctionnelle pour la cheville et ne compensent pas dans la façon dont ils répartissent la charge à travers le pied.

REGARDEZ LA VIDÉO PRINCIPALE DE L’ARTICLE POUR VOIR COMMENT LE SEBT EST RÉALISÉ

 

CLÉ #3 – PERTURBATION IMPRÉVUES POUR LE CONTRÔLE RÉACTIF

La pliométrie est d’une importance significative, surtout si vous travaillez avec quelqu’un qui pratique un sport. L’avantage supplémentaire de travailler sur les progressions pliométriques est que vous pouvez les utiliser pour favoriser un contrôle neuromusculaire réactif.

Avec une blessure au membre inférieur, je suis toujours plus préoccupé par la capacité du membre à initialement tolérer,  puis ensuite répartir la charge. C’est pourquoi mes progressions pliométriques commencent généralement par des atterrissages.

Peuvent-ils absorber efficacement la force à travers la cheville ?

Cela peut commencer de façon  très simple par des atterrissages sur une jambe dans le plan sagittal. Parce que lorsqu’un athlète s’est renversé la cheville, la chose qu’il aura probablement le moins envie de faire est de charger sa cheville dans le plan frontal.

Vous pouvez ensuite les faire évoluer vers des absorptions latérales. Un pas vers l’extérieur sera plus craintif après une entorse latérale de la cheville, et vers l’intérieur pour une entorse médiale de la cheville. Pour info, les entorses latérales de la cheville sont beaucoup plus courantes.

Sauter et atterrir est le prochain domaine de progression évident. Encore une fois, sachant que nous préparons le client à un environnement dynamique, la capacité réactive est la clé. Nous avons besoin que les articulations, les muscles et le système nerveux réagissent de manière précise et opportune pour s’adapter aux perturbations.

Alors que l’entraînement à l’équilibre classique, comme se tenir debout sur un ballon BOSU, est ce que les gens ont tendance à considérer comme « réactif », il n’entraînera en fait la cheville (et le pied) qu’à ressentir les moments d’inversion lents. 

Ne vous méprenez pas, cela aide à travailler sur la stabilisation dynamique, qui est essentiellement les muscles anticipant et réagissant aux charges articulaires. Les exercices d’équilibre sont parfaits à cet effet.

Mais, 

 

le contrôle neuromusculaire réactif nécessite des perturbations articulaires imprévues

 

Lorsque vous faites monter un client sur un BOSU, il sait ce qui va se passer. Ce n’est pas imprévu et n’est pas comparable au fait de marcher de manière inattendue sur le bord d’un trou dans le terrain ou d’être poussé tout en attrapant une balle dans les airs, vous forçant à atterrir dans une position moins qu’optimale.

Que pouvez-vous faire pour créer des perturbations imprévues ?

Recréez ces situations réelles de façon aussi similaire et sécuritaire que possible. Par exemple, vous pourriez demander au client de faire des squats sautés consécutifs et le pousser doucement dans des directions différentes pendant qu’il est dans les airs.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Ne vous laissez pas emporter. Le mot clé est de les pousser doucement. Ne plaquez pas à vos clients, et si vous le faites, je ne suis pas responsable.

 

LA CLÉ EST LA STRATÉGIE

Alors que je vous ai attiré en vous narguant avec 3 exercices clés, ce sont en fait 3 éléments clés qui doivent entrer dans votre réadaptation pour les entorses de la cheville. Les gens recherchent toujours les exercices, mais ce ne sont pas les exercices qui sont essentiels, c’est ce que vous essayez d’accomplir avec eux.

Oui, les exercices d’amplitude de mouvement et de résistance élastique, et tous les autres exercices de réadaptation classiques ont leur utilité. Mais la proprioception n’est pas le seul système qui fournit des informations au système nerveux central, en particulier dans un environnement dynamique.

Et bien sûr, vous pouvez utiliser le BOSU, mais c’est pour l’entraînement à l’équilibre. Cela ne résoudra pas le problème du rétablissement du contrôle neuromusculaire réactif. Il existe d’autres stratégies pour le faire et de nombreux autres exercices que vous pouvez utiliser.

Rappelez-vous que restaurer la stabilité fonctionnelle en réadaptation d’une entorse de la cheville implique de restaurer les sensations proprioceptives et kinesthésiques, la stabilisation dynamique des articulations, le contrôle neuromusculaire réactif et les schémas moteurs fonctionnels.  Il n’y a pas un exercice spécifique qui fera tout cela. 

Choisissez l’objectif puis l’exercice, et non l’inverse.

 

RÉFÉRENCES

HÜBSCHER, M., ZECH, A., PFEIFER, K., HÄNSEL, F., VOGT, L., & BANZER, W. (2010). Neuromuscular Training for Sports Injury Prevention. Medicine & Science In Sports & Exercise, 42(3), 413-421. doi: 10.1249/mss.0b013e3181b88d37

Huang, P., Jankaew, A., & Lin, C. (2021). Effects of Plyometric and Balance Training on Neuromuscular Control of Recreational Athletes with Functional Ankle Instability: A Randomized Controlled Laboratory Study. International Journal of Environmental Research and Public Health, 18.

 

 


 


Mai-Linh Dovan M.Sc., CAT(C)
Thérapeute du sport agréée
Fondatrice de Rehab-U

 

 

Be part of the conversation

Vidéo 20 minutes Gratuite
La Stratégie en Optimisation du Mouvement

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+
+
+

FREE full body workout sample

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
+

Post-clinical
Rehab

+

Movement
optimization

+